Comprendre et calculer les tarifs d’un photographe d’architecture et d’intérieurs

Comprendre et calculer les tarifs d’un photographe d’architecture et d’intérieurs

Comprendre et calculer les tarifs d’un photographe d’architecture et d’intérieurs

Passionné mais pas que…

 

Voilà un sujet un peu tabou en règle générale et plus particulièrement dans le milieu de la  photographie. Personne n’en parle, beaucoup les dissimule… Mais pour quelles raisons?

Nous ne pouvons réellement comparer deux photographes sur leurs tarifs car beaucoup de critères entrent en ligne de compte : Son niveau d’expérience, ses formations, ses charges, son matériel, ses méthodes de travail et j’en passe ! Certains freelances facture au temps, taux horaire ou journalier et d’autres à la prestation. Chaque photographe livre une prestation personnelle.

Nous pouvons prendre pour exemple, l’Uberisation* de la photographie créé par certaines plateformes. Elles automatisent le traitement des images réalisées en amont par un photographe (pro ou pas), ce qui leur permet de gagner du temps. Elles ont donc la possibilité de casser les prix. Par contre, les photos traitées ne seront pas forcément adaptées aux clients et à toutes les situations, on parle de photographie « low-cost ». Ce qui peut être une bonne chose pour ceux qui n’étaient pas dans la capacité de faire appel à un photographe professionnel…Mais une mauvaise pour le dumping** créé pour ces mêmes photographes. En revanche, un professionnel avec lequel vous pourrez échanger sur vos besoins prendra le temps de vous conseiller et de traiter vos photos en fonction de vos attentes et du contexte. Nous sommes ici dans le « sur-mesure » de la photographie 🙂 .

Nous avons également les photographes Freelances possédant un deuxième emploi. Auquel cas, le taux horaire/prestation ne sera pas défini de la même manière et une expérience différente elle aussi… (c.f Comment bien choisir son photographe d’architecture et d’intérieurs)

Le temps passé derrière notre écran d’ordinateur prend une grande place dans l’édition d’un devis. Certains photographes vont réaliser un grand nombre de photos le jour J et passerons du temps à les trier alors que d’autres feront une pré-sélection sur le lieu du reportage mais se concentreront sur la retouche et la qualité d’images.

Pour ma part, je me situe dans une démarche qualitative. Je détermine mes prix en rapport au temps passé sur le projet, en prenant en compte mes charges mensuelles, mon salaire annuel ainsi que ma capacité à produire en une semaine. Ce qui me permet de clarifier mes prix et de m’adapter facilement à chaque demande.

 

*Uberisation : Désigne un modèle de commerce par lequel les professionnels et la clientèle sont mise en contact directement, voir instantanément, par l’usage de la technologie. Ce modèle à pour intérêt d’être beaucoup moins cher pour le client par rapport au modèle classique.

**Dumping social :Pratique visant à abaisser les coûts de production en abaissant le coût de la main d’oeuvre

 

Exemple de devis

 

Nous allons commencer par calculer le temps nécessaire à la réalisation d’une prestation. Nous l’ignorons trop souvent mais derrière un shooting de 2h de prises de vues se cache une préparation et un traitement à prendre en compte. Nous arrivons au minimum à tripler ce temps selon les situations. 

Calcul du temps de travail

Prenons pour exemple un shooting de type décoration d’intérieure (formule REPORTAGE « Supérieur » ) de 2h sur place en plein centre de Lyon pour 15 photos retouchées :

  • Echanges avec le client (mailing/phoning/SMS/devis) : 30min
  • Préparation du matériel (nettoyage des objectifs, formatage des cartes mémoires, etc) : 15min
  • Décharger les cartes mémoires + sauvegarde disque : 10min
  • Post-traitement : 225min (3h45)
  • Naming : 5min
  • Envoie des images : 5min
  • Temps de facturation : 5min

Nous atteignons un temps de travail pour cette prestation de 6h55

Je m’adapte et fais du cas par cas. Ici, je n’ai pas compté le temps de trajet car le shooting à lieu sur Lyon mais je parle d’une prestation ponctuelle et prends en compte nos échanges. Par contre, si il s’agit d’un client, avec lequel je pourrais travailler régulièrement, je réduis considérablement le temps de communication. J’ajuste également la partie post-traitement. Je suis à 15min par photo. Ce temps sera déterminé par l’utilisation des images. Pour un architecte qui souhaite présenter ses réalisations, on s’approchera plutôt des 30 minutes de retouche.

Calcul du taux horaire

Maintenant, calculons ensemble le taux horaire à appliquer sur cette prestation. Nous prenons le salaire moyen d’un photographe professionnel indépendant qui est de 2500€ net mensuel. Auquel nous ajoutons :

  • 30% de charges sociales et fiscales en tant que micro-entreprise
  • 4% de formation
  • Les frais de fonctionnements (600€ dans mon cas) : Assurance professionnelle, site internet, publicité, location stockage, logiciel et matériel, carburant, CET…
  • 10% de congé

Ce qui nous donne : 2500€ + 750€ (30% de charges) + 100€ (4% formation) + 600€ (frais de fonctionnements) = 3950€ + 395€ (10% de congés) = 4345€

Nous divisons ensuite ce montant par le nombre d‘heures mensuelles durant lesquelles je suis capable de retoucher, photographier, échanger et me déplacer. En retirant donc la partie communication, branding, gestion et comptabilité.

Ce qui nous donne : 4345€/128 (heures par mois) = 34€HT/H

Si nous reprenons notre temps de prestation de départ qui est de 6H55, nous devons facturer un total de 235€HT.

 

En tant que freelance, nous sommes une entreprises avec des charges, des coûts de fonctionnements et un salaire à verser. Même en étant passionnés, nous ne pouvons nous permettre de travailler 7/7 pour baisser nos tarifs et par la même occasion créer un blurring*** qui nous empêcherait de nous inscrire dans une situation professionnelle pérenne.

 

***Blurring : Effacement de la frontière entre vie privée et vie professionnelle

Share post:

  • /

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *